Bac Blanc 2001

Corrigé

1. Milieu intérieur (14 points)

1.1. Annotations (10)

1 = capillaire sanguin
2 = hématie
3 = cellule conjonctive
4 = polynucléaire
5 = capillaire lymphatique
6 = lymphocyte

A = plasma
B = liquide intracellulaire
C = lymphe interstitielle
D = lymphe canalisée

milieu intérieur au sens strict = C = lymphe interstitielle (1)
milieu intérieur au sens large = A + C + D = tous les liquides extracellulaires (2)

1.2. Homéostasie = constance du milieu intérieur (1)

2. La pénétration de l'alcool dans l'organisme (16 points)

2.1. Phénomène = absorption (1) = passage de la substance du milieu extérieur (lumière gastrique et intestinale pour l'alcool) vers le milieu intérieur (capillaires sanguins ou lymphatiques) à travers la muqueuse de l'organe (muqueuse gastrique ou intestinale) (3)

2.2. Schéma légendé d'une villosité intestinale (4) et de sa vascularisation (3)

entérocytes
bordure en brosse
cellules caliciformes
situation de la lumière intestinale
veinule
artériole
capillaire lymphatique

Absorption favorisée par (4): augmentation de la surface d'absorption (villosités + microvillosités)
rétention des substances dans les creux
faible épaisseur de la paroi à traverser (une seule couche d'entérocytes
proximité des vaisseaux

2.3. Voie empruntée par l'alcool entre l'intestin ou l'estomac et le foie = veine porte hépatique (1)

3. Incidence de la consommation d'alcool sur la glycémie (23 points)

3.1. Structure du pancréas

3.1.1. Légendes : (4)

1 = capillaire sanguin
2 = îlot de Langerhans
3 = canal excréteur
4 = acinus

Le pancréas est une glande mixte (6)
· endocrine au niveau des îlots de Langerhans dont les cellules a et b sécrètent des hormones, substances rejetées dans les capillaires sanguins et véhiculées par le sang jusqu'aux organes-cible
· exocrine au niveau des acinus qui sécrètent des enzymes digestives conduites par les canaux excréteurs jusqu'au duodénum

3.1.2.

Les cellules a sécrètent le glucagon, hormone hyperglycémiante ;
les cellules b sécrètent l'insuline, h. hypoglycémiante. (2)

3.2. Étude expérimentale sur le rat

3.2.1. La courbe A est croissante; la quantité de glycogène du foie augmente en fonction de la quantité d'insuline injectée. Le rôle de l'insuline est donc d'augmenter le stockage du glucose dans le foie sous forme de glycogène (polymère du glucose). Elle favorise la glycogénogenèse et inhibe au contraire la glycogénolyse. (5)

3.2.2. En administrant en même temps de l'alcool, on constate que le taux de glycogène hépatique est inférieur dès le départ et qu'il augmente moins rapidement. L'alcool a donc pour effet de diminuer la faculté de stockage du foie. (3)

3.3. Un alcoolique chronique est en état de malnutrition, donc l'apport de glucose par l'alimentation est insuffisant. D'après les résultats précédents, le foie d'un alcoolique chronique possède un stock de glycogène inférieur à la normale. La quantité de glucose pouvant être libéré par le foie dans le sang est donc faible et ne peut pas compenser l'apport insuffisant. Ceci conduit à une hypoglycémie. (3)

4. Alcoolisme et hémostase (27 points)

4.1. Hémostase = ensemble des phénomènes qui aboutissent à l'arrêt d'une hémorragie (1)

4.2.

Éléments cellulaires du sang responsables = plaquettes ou thrombocytes (6)

Rôles: l'agrégation plaquettaire due à la libération de collagène lors d'une lésion provoque l'activation de ces plaquettes, et leur sécrétion de substances qui ont 3 effets:

· stimulation de l'agrégation des plaquettes, donc amplification du phénomène et formation du clou plaquettaire ou thrombus blanc
· augmentation de la vasoconstriction du vaisseau lésé
· stimulation de la cascade enzymatique (hémostase secondaire) qui aboutit à la formation du thrombus rouge ou caillot stable

4.3.

4.3.1. (6)

Fraction 1 = plasma
2 = éléments figurés
3 = sérum
4 = caillot

F1 : sédimentation
F2 : coagulation

4.3.2. (6)

Tube 1 : le plasma du sang prélevé sur oxalate de potassium ne coagule pas
Tube 2 : la coagulation de ce même liquide a lieu en présence d'un excès de calcium
Interprétation: le plasma contient les éléments nécessaires à la coagulation, l'oxalate de potassium empêche ce phénomène, alors que le calcium additionné en excès le favorise

Tube 3 : les éléments figurés ne coagulent pas, même en présence d'un excès de calcium
Interprétation : cette fraction ne contient pas les éléments nécessaires à la coagulation

Tube 4 : le sérum ne coagule pas, même en présence d'un excès de calcium
Interprétation : le sérum est un résultat d'une coagulation, et ne contient donc plus d'éléments pouvant coaguler

Conclusion: seul le plasma contient les éléments nécessaires à la coagulation, mais il faut qu'il soit exempt d'oxalate de potassium, ou qu'on lui ajoute un excès de calcium pour empêcher l'effet de l'oxalate de potassium.

(2) Le rôle de l'oxalate de potassium est donc de piéger (fixer) le calcium contenu dans le plasma sanguin, et d'empêcher ainsi son action d'activateur de la coagulation. C'est un anticoagulant

4.4.

A = prothrombine
B = thrombine
C = fibrinogène
D = fibrine (insoluble) (4)

4.5. La prothrombine et le fibrinogène sont les derniers éléments de la cascade enzymatique aboutissant à la formation du caillot sanguin. Les taux sanguins de ces substances étant inférieurs à la normale chez l'alcoolique chronique, ces malades auront un temps de coagulation allongé. (2)